arpitan.ch & francoprovencal.ch

Sens tués des arpitans (patouésans) tot u tôrn du Mont-Blanc !

Accueil > Docs > Tèxtes en ORB arpitanna > Pôvro chapél ! - Maria Beaud-Pugin (FR)

Pôvro chapél ! - Maria Beaud-Pugin (FR)

Transcrit en ORB per Dzakye Monire

jeudi 20 septembre 2012, par Dzakye

Pôvro chapél
Pèr Maria Beaud-Pugin (FR)
Transcrit en ORB pèr Dzakye Monire

La galè(r)sa (brava, bravèta, genta, jôlia) (Hè)Lène, que l’avêt fam (envéye, enveya, envéde, apetit) d’un chapél nôf (nuef), l’at profitâ de n’en achetar un por alar, avouéc son frâre Piérro, a l’entèrrament d’un cusin. Ére un tot bél chapél, un bocon (un pou, un troc, una miéta, un petit afère) lârjo, avouéc ’na corona de boquèts (fllors).

Le jorn de l’entèrrament, Lène l’at ben sûr betâ (metu, fechiê) lo bél chapél. L’y avêt prôd de gens, més de curiox que de dèvotiês (dèvociox, dèvôts). U mothiér (A l’égllése), celos qu’éront dèrriér Lène l’ant comenciê (dèbutâ, enrèyê, enrayê) a bataliér. Veyévont pas lo prétre a l’otâl. Piérro dét (desét, deséve) a sa suére : "Trè-mè ceti chapél et beta lo (fechie lo) sur lo banc". Mâlgrât lé, Lène l’at acoutâ son frâre. Quand le sacristin l’at passâ avouéc la bouéte des ârmes (armônes, remônes, èrmones, ômônes), l’at prés ceti chapél en creyent qu’ére ’na corona, et l’at portâ sur le vârs (la bire, lo chansér, la quéssa, lo sèrcoly). Lène l’at réscâ de bramar, mas Piérro lyé at dét : "Brenga* pas ! Nos le rapèrchierens* en salyissent".

Le curâ (L’encurâ) l’est venê (ve(g)nu) bènir lo vârs (la bire, lo chansér, la quéssa, lo sèrcoly). Et tués celos qu’éront a l’entèrrament l’ant balyê de l’égoua benita (benêta) sur lo vârs et lo chapél que l’est yu benit et re-benit. Sur la fôssa (lo crox, lo clote*), le chapél l’at prés plèce (plâce, plàce, pôsto) permié (entre-mié) ’na massa de boquèts (fllors) et de corones. La pôvra Lène sè marfondââve de vère son bél chapél tant mâlmenâ et n’osâve (d’osâve) pas alar le prendre. Piérro lyé fat (fét) : "(Il / O) Tè fôt pas t’en balyér (souciér), ceta nuét (yo) vendré, quand (serat) sâre nuét, lo chèrchiér. Por lo moment, (il / o) tè fôt t’adodar (tè calmar, t’adobar).

Quand tot l’y est yu quièt, sur (la) nuét, Piérro l’est venê (ve(g)nû) rebugiér pèrmié (entre-mié) celos corones et l’at rapèrcê (rècupèrâ) lo galuren (lo chapél) a Lène.

A la porta du cemetiéro, un gouârde arrète Piérro et lui fat (fét) : "Vos sâde (sède, sav(i)éd) pas que l’est dèfendû de prendre des corones sur les fosses ?". "Mas j’é (l’é) pas prês ’na corona, l’est le chapél a ma suèra."

"Venéd avouéc mè u posto. Vôlont ja vos baliér un chapél...". Le pôvro Piéro l’at bél yu èxplicar qu’ére le chapél a sa suéra Lène. Ceta ce lui at fal(y)u arrevar (arrovar) avouéc la nota du marchand de chapél por povêr lo re-avêr.

En s’en alent, Piérro fât u jujo : "En tot cas, quand (je) seré mort*, vuel (vôl(o)) ni boquièt, ni corona".