arpitan.ch & francoprovencal.ch

Sens tués des arpitans (patouésans) tot u tôrn du Mont-Blanc !

Accueil > Docs > Tèxtes en ORB arpitanna > Le petiot prince - Chapitro 1

Le petiot prince - Chapitro 1

dimanche 25 mai 2014, par Dzakye

Musica :
"Mellow Piano" et "Memory"
de Doxent Zsigmond
http://ccmixter.org/people/doxent

Avouéc de musica :

Quand j’avévo sêx ans, un viâjo j’é viu* un potrèt* mèvelox, dedens un lévro sur la Forét* Viège què l’avéve nom "Contes vècues". Cen reprèsentéve una sarpent boa què engolâve un fôve. Vê-inque la copia du dèssin.

Le lévro deséve : "Les sèrpents boas engôlont la lor victima tot riond, sens macholiér.
Pouète pôvont pas més sè rèmuar et ils dromont pendant les sêx mês què l’est force (què prend, què l’ant besouen, fôta) por disipar (fére passar bas)". Adonc j’é prôd musâ sur les aventures de la jungle et, a tôrn, j’é reussi, avouéc un crayon de colôr*, de traçar lo miô premiér dèssin. Le miô dèssion numèro 1. Ére d’ense :

J’é motrâ* ceti chèf-d’ôvra ux grantes ¨pèrson.nes et j’é dèmandâ se le miô dèssion faséve puére a lor. L’ant rèpondu : "Bél porquè un chapél devrêt-il fére puére ?"

Le dèssin reprèsentéve pas un chapél. Il reprèsentéve una sarpent què disipave un èlèfant. Adonc j’é dèssinâ lo dedens de la sarpent, por què celes grantes gens comprenséssont. L’ant tojorn besouen d’èsplicacion. Le miô dèssion numèro doux ére d’ense :

Les grantes pèrson.nes m’ant èperonâs de lèssiér* plat les dèssins de sarpents ovêrts ou clôs, et pletot de s’entèressiér a la gèografia, a l’histouère, u carcul (calcul) et a la gramèra.

L’est d’ense què j’é abandonâ, a l’âge de sêx ans, una manyifica carriére de pint(r)e. Savévo (éro) éta dècoragiê de l’ensuccès du miô dèssion numèro un et doux. Les granté pèrson.nes comprensévont (compregnèvont) jamés ren solét, et il ensemble ux (l’est pèniblo por les) enfants de tot du long* baliér des èsplicacions a lor.

Adonc j’é cièrnu un ôtre mitiè et j’é aprês a guidar (pilotar) des avions. J’é volâ un pou pèrtot sur la planèta. Et le g.èografia, l’est veré, m’at ben sèrvi. Savévo difèrenciér, en un clin d’ôra (d’uely), la China de l’Arizona. L’est franc pratico, che on é perdou de nuét.

D’ense, pendant ma via j’é yu un monton (un grôs viâjo) de contacts avouéc des montons de gents seriox. Su rèstâ a plen (sovent) en chiéz les grantes pèrson.nes. Et les é yu adrét prôd prés (proche). L’at pas gouèro mèlyorâ cen què songiévo.

Quand rècontrâvo una què sembléve un pou èclèriêe, fesévo avouéc lyé l’èspèriense* du miô dèssion numèro 1 què j’é tot lo temps gouardâ. Volévo savêr se ceta gens l’avéve atant d’entendèment què cen. Mas él rèponséve tojorn : "L’est un chapél." Adonc parlévo jaméi avouéc lyé ni de sarpent boa, ni de forét* vièrge, ni d’ètéles. Mè fechiévo (betâvo) a plan de lyé. Parlévo de bridge, de golf, de politique et de cravates (mochiors du cou). Et le granta pèrson.na ére brâvament continta de cognètre un côrps atant résonâblo.

Sens musica :

Conta originâla en francês

Lorsque j’avais six ans j’ai vu, une fois, une magnifique image, dans un livre sur la Forêt Vierge qui s’appelait"Histoires Vécues". Ça représentait un serpent boa qui avalait un fauve. Voilà la copie du dessin.

On disait dans le livre :"Les serpents boas avalent leur proie tout entière, sans la mâcher. Ensuite ils ne peuvent plus bouger et ils dorment pendant les six mois de leur digestion."

J’ai alors beaucoup réfléchi sur les aventures de la jungle et, à mon tour, j’ai réussi, avec un crayon de couleur, à tracer mon premier dessin. Mon dessin numéro i. Il était comme ça :

J’ai montré mon chef-d’oeuvre aux grandes personnes et je leur ai demandé si mon dessin leur faisait peur.
Elles m’ont répondu :"Pourquoi un chapeau ferait-il peur ?"

Mon dessin ne représentait pas un chapeau. Il représentait un serpent boa qui digérait un éléphant. J’ai alors dessiné l’intérieur du serpent boa, afin que les grandes personnes puissent comprendre. Elles ont toujours besoin d’explications. Mon dessin numéro 2 était comme ça :

Les grandes personnes m’ont conseillé de laisser de côté les dessins de serpents boas ouverts ou fermés, et de m’intéresser plutôt à la géographie, à l’histoire, au calcul et à la grammaire. C’est ainsi que j’ai abandonné, à l’âge de six ans, une magnifique carrière de peintre. J’avais été découragé par l’insuccès de mon dessin numéro i et de mon dessin numéro 2. Les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c’est fatigant, pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications.

J’ai donc dû choisir un autre métier et j’ai appris à piloter des avions. J’ai volé un peu partout dans le monde. Et la géographie, c’est exact, m’a beaucoup servi. Je savais reconnaître, du premier coup d’oeil la Chine de l’Arizona. C’est très utile, si l’on est égaré pendant la nuit.

J’ai ainsi eu, au cours de ma vie, des tas de contacts avec des tas de gens sérieux. J’ai beaucoup vécu chez les grandes personnes. Je les ai vues de très près. Ça n’a pas trop amélioré mon opinion.

Quand j’en rencontrais une qui me paraissait un peu lucide, je faisais l’expérience sur elle de mon dessin numéro i que j’ai toujours conservé. Je voulais savoir si elle était vraiment compréhensive. Mais toujours elle me répondait :"C’e§t un chapeau."Alors je ne lui parlais ni de serpents boas, ni de forêts vierges, ni d’étoiles. Je me mettais à sa portée. Je lui parlais de bridge, de golf, de politique et de cravates. Et la grande personne était bien contente de connaître un homme aussi raisonnable