arpitan.ch & francoprovencal.ch

Sens tués des arpitans (patouésans) tot u tôrn du Mont-Blanc !

Accueil > Docs > Tèxtes en ORB arpitanna > Lo temps : arpitan de Chermignon et ORB

Lo temps : arpitan de Chermignon et ORB

lundi 13 janvier 2014, par Dzakye

Dzakye vos-e liét lo poèmo,
mas avouéc l’accent de Saviése...

Lo tén

Dein lo tén,
 ôn aï lijéc
 dè prèindrè lo tén,

 lo tén dè crèhrè,
 lo tén dè bôouziè,
 lo tén dè chorréïrè,

 lo tén dè prèyè
 è dè rôtenâ,

 lo tén dè côntâ tan dè tchioûjè,
 lo tén dè tsantâ,
 lo tén d’ènén viò,

 lo tén dè chè lanmâ
 è dè môréc.

Òra,

 l’òmo, to lo tén,
 cô apré lo tén,
 ya pâ mi lijéc dè tchioûja,
 oumi dè pêdrè lo tén.

È portàn,
 arréïvè le tén
 ànvoueu le tén quié fôrnè pâ
 cômpachèrè lo tén prèjèin. 

traduction Claudy des Briesses
l5.ll.2002 (patois de Chermignon)

 

 

Lo temps

Dens lo temps,
 on avêt louésir
 de prendre lo temps

 lo temps de créthre,
 lo temps de bougiér,
 lo temps de sorire,
 lo temps de prèyér
 et de rotenar

 (musar, songiér, pensar)
 lo temps de contar tant de chouses,
 lo temps de chantar,
  lo temps de venir viely,

 lo temps de sè lanmar (s’anmar)
 et de morir.

 

Òra,

 l’homo, tot lo temps,
 corre après lo temps,
 il at pas més lèsir de chousa (de ren),
 homis (sôf) de pèdre lo temps.

Et portant,
 arreve le (lo) temps

 yâoue (yô) le (lo) temps que forne pas
 compasserat lo temps prèsent.

 

 

Le temps

Dans le temps,
 on avait le temps de prendre son temps,
 le temps de grandir,
 le temps de marcher, le temps de sourire,
 le temps de prier et de réfléchir,
 le temps de conter tant de souvenirs,
 le temps de chanter, le temps de vieillir,
 le temps de s’aimer et de mourir.

A présent,
 l’homme, tout le temps,
 court après le temps ;
 il n’a plus le temps,
 sauf de perdre son temps.

Et pourtant,
 il arrive un temps
 où l’infini dépasse le temps.

 

Auteur inconnu.