arpitan.ch & francoprovencal.ch

Sens tués des arpitans (patouésans) tot u tôrn du Mont-Blanc !

Accueil > Docs > Tèxtes en ORB arpitanna > Cél que l’est vènu amont a Noutre-Dama de Corbelen

Cél que l’est vènu amont a Noutre-Dama de Corbelen

samedi 4 janvier 2014, par Dzakye

Conta de Saviése, numèro 33, collèctâ pèr Basile Luyet en 1929-1930

Cél que l’est vènu amont a Noutre-Dama de Corbelen.

L’avéve un viâjo un parren (homo) de Sion que l’avéve tojorn malada la fèna (a lui). L’est venu amont a Chandolen por les vèpres de Noutre-Dama.

Ora en tornent en dèrriér l’at passâ outre pèr lo chatél de Séya.

L’at yu una bouéta (bouèta) de macarons plên(n)a de folyes de Noutre-Dama. L’at songiê (pensâ) : ora ! ço, se sèrvesse por fére de tê por la fèna a mè ?Et l’at prês una bôna pouegnê, et l’at metu ux poches et l’at continuâ son chemin por Sion.

Et puès lo lendeman, ére oncor pas lèvâ - L’avéve una felye que ére en ètat de fére les souyes (les repâs) - l’at dèmandâ se l’avéve d’argent por achètar un pan. Ceti l’at dét : "Bél (Mas) qui m’arat balê d’argent a mè amont pèr Saviése ?" Le fèna l’at dét : "M’en parlad mè pas, l’ant tojorn ren... Vas-vèr atâtar les poches (fates, tâques) se l’arat ren."

Le (la) felye l’at comensiê a criar : "Mâre ! Anéd (Venéd) vêre, le (lo) pâre a nos dét que l’at pas d’argent... L’at plên(n)es les poches de pièces de cinq francs."

Le pâre, quand l’at aoui dére cen, l’at dét : "Coment ? De pièces de cenq francs (dens) ux poches a mè ?"

Se vête (vet) d’una rapiditât, et salye sens dére un mot et part a grand sât en hôt en Séya por (oncor) més prende de folyes de Noutre-Dama.

Quand l’est éta en hôt l’at pas trovâ ni la bouéta, ni les fôlyes, ni ren chousa ; ére tot via.

* Le mot "Corbelens" vent de "corba" = panièr
Ceta chapèla des Corbelens ére yaoue la gent de totes sôrtes de cârros venyévont por portar les poupons que éront morts. Ils portavont dens des petites corbes (panièrs) ; l’est cen que l’at balê lo nom de "Corbelens".
Ben des côps les poupons povévont tornar vivre una gouarbèta (petit moment), et d’ense ils povévont sè fére baptéér...

Conta 33

Chè kye l’é enou amou a Nóoutre-Dama de Corbewën (Parla de Saviése)

L’ai’ oun âdzó oun parin dé Chyoun kyé l’aiè tòrdzò maada a fèna. L’e enou amou a Tsandowën pó è vèiprè dè Nóoutre-Dama. Ór.a ën tórnin ën deri l’a pacha outrè pè ó tsâtèi de Sia. L’a you ona bwitè dè macaron plin.na de folè dè Noutre-Dama. L’a chondjya : ór.a ! chó, che chervechè pó fèr.è dè tèi pó a fèna a mè. É l’a pri ona bóna ponya, è l’a metou i pochyè è l’a contenowa choun tsomin pó Syoun.

É pwè ó windèman, ir.’ouncó pa ouèea - l’ai’ ona fele ky’ir.’ e.n èta dè fèr.’ è chóouwè - l’a dèmanda che l’a.iè d’ardzin pó atseta oun pan. Sti l’a de : "Bèi cwi m’ar.è bala d’ardzin a mè amou pè Chavyejè ?" I fèna l’a de : "M’ën parla mè pa, l’an tòrdzò rin, va è atóta i póchye che l’ar.é rin." I fele l’a cominsya a kyerya : "Mârè ! Ani vêrè, i pâr’ a nó di kye l’a pa d’ardzin, l’a plin.nè è póchye de pyese de sën fran."

I pârè, can l’a avwi dèr.è chin, l’a de : "Cómin ? de pyèse de sën fran i póchy’a mè ?" Che vete d’ona rapiditèi, è chale chën dèr.’oun mó è part’a gran cha ina ën Sia pó mèi prinde de folè dè Nóoutre-Dama. Can l’ita ina l’a pa trówa ni a bwite, ni è folè, ni rin tsóouja ; ir.e tó via.


Conte 33

Celui qui est monté à Notre-Dame de Corbelin (Francês)

Il y avait une fois un homme de Sion qui avait toujours sa femme malade. Il monta à Chandolin pour les vêpres de Notre-Dame. Et en s’en retournant en arrière il passa par le château de la Soie. Il y vit une boîte de pâtes pleine de feuilles de Notre-Dame (Alchémille). Il pensa : tiens ! ça, si ça servait pour faire de la tisane pour ma femme. Et il en prit une bonne poignée, la mit en poche et continua jusqu’à Sion.

Le lendemain, il n’était pas encore levé - il avait une fille en état de préparer les repas - (celle-ci) lui demanda s’il avait de l’argent pour acheter un pain. Il répondit : "Qui donc m’aurait donné de l’argent en haut par Savièse ?" La femme reprit : "Ne m’en parlez pas, ils n’ont jamais rien, va voir tâter ses poches (pour savoir) s’il n’a rien." La fille commença à crier : "Maman ! venez voir, papa dit qu’il n’a pas d’argent, il a pleines ses poches de pièces de 5 francs."

Le père, quand il entendit cela, s’écria : "Comment ? des pièces de cinq francs dans mes poches ?" Il s’habille avec rapidité, sort sans dire un mot et part en courant en haut à la Soie pour prendre davantage de feuilles de Notre-Dame. Quand il fut en haut il ne trouva ni la boîte, ni les feuilles, ni rien : tout était loin.