arpitan.ch & francoprovencal.ch

Sens tués des arpitans (patouésans) tot u tôrn du Mont-Blanc !

Accueil > Ora > "Que fét-il le govèrnament francês por presèrvar l’arpitan ?"

"Que fét-il le govèrnament francês por presèrvar l’arpitan ?"

mercredi 4 décembre 2013, par Dzakye

Question de Martinus Haurissa @maralhau sur Twitter :
Lo govèrnament francês fét-il quârque chouse por presèrvar l’arpitan, atant la lengoua que la cultura !

Coment vos sâde, l’arpitan (ou ’francoprovençâl’) l’est pa ren que parlâ (prègiê, devesâ, barjacâ) en France mas en Suisse et en Étalie asse ben. Nos sens coment les Kurdes, èpanchiês sur três payis. Mas dens celes três payis les cârros (règions) a nos l’ant par en que la lengoua en comon mas asseben, en tot cas pour quasi (giâlârd) tués les cârros un des celes èlèments enque : La vegne, les scêres, les pas (cols). Celes chouses sont mencionês coment trêts caractèristiques de l’Arpitania dens noutro himno... : http://www.arpitan.ch/spip.php?article105 )

En gènèral, des aléçons (côrs) sont baiês dens les ècoules pèr des asociacions règionâles... Mas lo Savoyârd l’est pas rècognu coment disciplina du BAC, u contrèro du breton, du basque ou de l’occitan. En Rôno-Arpes l’ant enreyâ de rèconyètre ; l’est rèconyuâye (rèconyua) lé coment "lengoua de France".

Un projèt de chârta entèrrègionâla l’est aprés étre èlaborâ en Rôno-Arpes. Monsior Belkacem Lounes, un dèputât vêrt que l’est prôd prôd (brâvament) convencu que les lengoues règionâles et minoritères l’ant fôta (bèsouen) d’étre sotenuâyes (sotenues), l’est aprés sè comparar (varcanar, laborar, travalyér dur) dens ceta dirèccion. L’at envitâs des dèlègâs de tués les câros arpitans lo 3 d’octobre 2013 bas pèr Liyon por discutar de ceti projèt de chârta qui devrêt sûr étre ratifiê en 2014. Ceta chârta devrêt fechiér (betar) d’argent (des sous) a disposicion (domenance) de projèts transfrontaliérs comons que l’ant por ciba de sotenir noutra lengoua.

U Piemont, le ’francoprovençâl’ l’est rècognu et sotenu. La "Chambra d’Oc" l’est adrét activa et forge (pousse) la "Chambra francoprovençâla" a venir més activa asse ben. Un projèt de mètoda d’aprentisâjo trans-dialèctal (por tués les dialèctos francoprovençâls), basâ sur l’ècritura comena de Dominique Stich ( htt ://bit.ly/stich-dico ) l’est aprés étre rèalisâ, en premie (entre mie) d’ôtros projèts.

Por quant a la cultura, il fôt dére que cen que recét adés més de soten ils sont les arts que pôvont édiér a avanciér la lengoua : les chançons, pèr èxemplo, que sont a plen (nèt, brâvament) financiêyes pèr la "Fondacion por lo patouès", en Valês, Suisse.

U Val d’Aouta yô (yaoue) l’at 90% de tués les patouèsans arpitans, la lengoua l’est pas rècognua oficièlament mas ils sotenont des projèts en rapôrt avouéc la lengoua : Concours Cerlogne que sè passe tués les ans ; des megnâts (enfants) des ècoules Val d’Aoutènes aprèstont de tèâtro, des chançons en arpitan val d’aouten, etc.

J’é ben sûr pas dét tot cen que pôt sè dére por rèpondre a la voutra dèmanda (a la dèmanda a vos). Mas se l’at de chouses que j’é obla de dére et que sont importantes, la gent que vat liére ceti carnèt-têla porrêt prècisar les bagues (chouses)...

Salutacions
Tot de bon

Dzakye


Question de Martinus Haurissa @maralhau sur Twitter :
est-ce que le gouvernement français fait quelque chose pour préserver l’arpitan, la langue aussi bien que la culture ?

Comme vous le savez, l’arpitan (ou ’francoprovençal’) est parlé à la fois en France, en Suisse et en Italie. Nous somme comme les Kurdes disséminés sur trois pays ! Mais dans ces trois pays nos régions ont non seulement en commun la langue, mais aussi, pour la plupart des régions en tout cas un des éléments suivant : la vigne, la montagne, les cols (L’hymne arpitan mentionne ces trait caractériques de l’Arpitanie... : http://www.arpitan.ch/spip.php?article105 )

De manière générale, des cours sont donnés dans les écoles par des associations régionales... Mais le Savoyard (un des dialectes arpitan) n’est pas reconnu comme discipline du BAC, au contraire du breton, du basque ou de l’occitan. En Rhône-et-Alpes un début de reconnaissance a vu le jour : elle y est reconnue comme "langue de France".

Un projet de charte interrégionale est en cours d’élaboration en Rhône-Alpes. M. Belkacem Lounes, un député vert très sensible à la nécessité de soutenir et de promouvoir les langues régionales ou minoritaires, développe quantité d’efforts dans cette direction. Des délégués de toutes les régions arpitanes ont été invités par lui le 3 octobre 2013 à Lyon pour discuter de ce projet de charte qui devrait très probablement être ratifiée en 2014. Elle permettra de libérer des fonds pour soutenir des projets transfrontaliers communs dans le cadre de la promotion de notre langue.

Au Piémont le ’francoprovenzale’ est reconnu et soutenu. La "Chambra d’Oc" très active pousse la "Chambra francoprovenzale" à devenir plus active également. Un projet de méthode d’apprentissage trans-dialectale (pour tous les dialectes francoprovençaux), basée sur l’écriture commune de Dominique Stich ( htt ://bit.ly/stich-dico ) est entre autres en cours d’élaboration.

Pour ce qui est de la culture, il y a de plus en plus de soutien pour les arts qui promeuvent la langue : la chanson, par exemple, soutenue fortement par la "Fondation pour le patois", en Valais, Suisse.

Au Val d’Aoste où se trouve le 90% de tous les locuteurs, la langue n’est pas reconnue officiellement, mais des projets en lien avec l’arpitan sont soutenus : Concours Cerlogne qui a lieu chaque année ; des enfants des écoles Val d’Aotaines préparent du théâtre, des chansons en arpitan val d’aotain.

Je n’ais sûrement pas tout dit ce que l’ont pourrait dire pour répondre à votre question. Mais les gens qui liront ce blog pourront ajouter leur commentaire pour préciser l’une ou l’autre chose importante...

Meilleures salutations

Dzakye