arpitan.ch & francoprovencal.ch

Sens tués des arpitans (patouésans) tot u tôrn du Mont-Blanc !

Accueil > ACA > Que l’est-il l’arpitan (ou ’francoprovençal’) ?

Que l’est-il l’arpitan (ou ’francoprovençal’) ?

vendredi 21 janvier 2011, par Dzakye

Que l’est-il lo ‘francoprovençal’ ou ‘arpitan’ ?
L’est la lengoua que se prègie (se parle, se dèvise) tot u torn du Mont Blanc. Celos que parlont la lengoua l’apelont pletout lo ‘patouès’.

Coment povêde vos dére que l’est una lengoua et pas un semplo ‘dialècte’ du francês ?
Totes les lengoues sont des dialèctes devant que d’être ècrites et puès recognues coment des lengoues. Noutra lengoua l’è éta recognuâe coment lengoua per lo lengouiste Ascoli en 1873 (lo ‘francoprovençal’). U jôrn de houé les universitâts la rècognèssont coment una des très lengoues gallo-romanes, a part du francês et de l’occitan.

Quint l’est-il le nom oficièl de la lengoua, l’est-il ‘francoprovençal’ ou ‘arpitan’ ?
L’est ‘francoprovençal’. Les govèrnements que l’ant recognû ceta lengoua empleyont cet nom, per ègzemplo en Val d’Aoûtha et u Piemont. Les universitâts avouèc.

Lo ‘francoprovençal’ l’est-el la lengoua de la Provence ?
Nan, le ‘francoprovençal’ sè prègie (sè parle, sè devise) tot u torn du Mont Blanc. La Provence l’est un gros viâjo més u mijôrn que lo Mont Blanc. En Provence, coment dens tot lo mié-jorn de la France et dedens quârques enparties de l’Étalie (Piemont...) parlont l’occitan, una ôtra lengoua gallo-romane..

Porqué ceti parlar l’a-t-el ceti nom ètranjo de ‘francoprovençal’ que nion (lengun / ne(n)gun )comprend ?
L’est véré que l’est damâjo que l’ât un nom tâlament complicâ et en fét, l’est una sôrta dé mècllo (mèclla/mèlanjo).
Cet nom ‘francoprovençal’ vôt dere que noutra lengoua l’at des èlèments que resemblont u francês (franco-) et d’âtros élèments que semblont (ressemblont) lo ‘provençal’ (‘provençal’ l’est lo viely nom de l’occitan).

Qui l’ât-il balyê ceti nom ?
L’est un lengouiste que l’at nom Ascoli, en 1873. Alscoli l’ât ensistâ por dére que noutra lengoua l’est unica, que l’est una lengoua et pas un semple dialècte du francês. L’ât tot-pariér pas rèussi a envintar un nom unico por ceta lengoua a nos que l’est unica. Cen nos côse bien des problèmos de comunicacion u jôrn de houè.

L’est principâlament a côsa de ceti problèmo de comunicacion du tèrmo ‘francoprovençal’ que vos éde envie de changiér de nom et d’empléyer pletout ‘arpitan’ ?
Ouè. Dedens un mondo globalisâ, l’est important et mémo prèssent (urgent) de
a) povêr comunicar èficacament avouèc lo defôra (l’èxtèrior)
b) nos féchier (butar) ensemblo por étre més forts.

Que vôt-il dere houé le mot ‘arpitan’ ?
U comencement ceti mot l’avêve una connotacion rèvolucionèra que l’ât ren més u jôrn de houè. Cet nom vôt dère ‘paturâjo’ ; lo luè (av)yo l’at l’êrba por les bétyes. L’est un nom que chante ben. Le son du mot ‘arpitan’ l’est èquilibrâ et fort. L’ât un ôtro avantâjo ; il resemble u nom ‘occitan’. D’ense ceti nom d’arpitan pôt transmètre lo messâjo que nos, coment nos cousens du mijôrn, nos volens étre recognûs et dèfendre noutra lengoua valyament.

Les associacions de patoisants sont-els d’acôrd que fôt changiér lo tèrmo ‘francoprovençal’ et empléyer dês ora lo mot ‘arpitan’ ?
Nan, els sont pas tant d’acôrd. Lyor empleyont mémo pas lo tèrmo ‘francoprovençal’. Els prèfèront lo mot ‘patouès’ por parlar de noutra lengoua. Ceti tèrmo de « patouès » l’est pas pèjorativo (nègativo) por lyor. Mas els vôlont pas comprendre que l’est d’ense, que l’est nègativo por les gens de defoura (l’èxtèrior).

Quin avantâjo sarêt de pas més apelar la lengoua ‘patouès’ ?
Nos retroverians una sôrta de dignitât. Nos sens difèrents des ôtros patouès du damont de la France et du mi-jôrn de la France. De plus, se nos nos prèsentens coment una lengoua unifiâe serêt més ésiê de fére rècognétre noutro drêt a étre protègiê (èparâ, emparâ) et sotegnu.

L’est-il pas franc cen que l’ant pouére les patouésants, que de changiér lo nom ‘patouès’ ou ‘francoprovençal’ en ‘arpitan’ serêt le comencement d’una ‘unificacion’ exagérâe ?
Un tèrmo comun l’est pas un dangiér por la divèrsitât de noutres parlars. L’est veré que l’ât totes sôrtes de patouès et pas ren qu’un – l’est sur cen que l’ant ensistâ a la dèrriére féta en Aouta. La t-ant nommâ la féta « des » patouès. L’est veré que les difèrences de pronunciacion, de mots, d’èxprèssions idiomatiques sont noutres rechèces et nos devens gouardar ceta divèrsitât. La divèrsitât des patouès l’est una question d’identitât et l’est una bôna chousa. Mas tot-pariér, nos devens avêr una politica èxtèrna de comunicacion comuna por mielx dèfendra noutra lengoua. Por cen, le tèrmo comon d’ « arpitan » l’est cllar por nomar noutra lengoua. Ceti tèrmo d’ « arpitan » l’est endispensâblo.

Les ‘Arpitans’ l’ant-ils pas asse ben l’envie d’avêr una ècritura comona ?
L’est-il possiblo de fére cen avouèc tota la diversitât que vos éd mencionâ (en) devant ?

Dês 2003, n’(av)ens ja una ècritura comona que n’empleyens sur la têla (l’entèrnète). Avouéc ceta ècritura l’est pas un problèmo se n’ens des pronunciacions difèrentes de la lengoua. En effet, l’ècritura que lo lengouiste Dominique Stich l’ât envintâ por sotenir noutra lengoua l’est « supradialèctale ».
U contrèro des ècritures tradicionèles de noutres « patouès », ceta moda d’ècrire la lengoua balye pas un modo prècis de prononciér la lengoua. Chacun prononce cen que l’est ècrit en ORB (Ortografe de Référence B) coment vôt. Il vât liére l’arpitan ècrit avouéc la prononciacion que l’ât aprês des ancians dedens lo siô velâjo. La prononciacion l’est lo halyon (l’habelement) de la lengoua. Quand nos comuniquens en ORB nos (é)changiens ren que la lengoua nuda. D’abord que (étant balyê que, puésque, quand ben) l’ècritura l’è de tote façon ren qu’un "symbolo du parlar", l’est pas un problèmo.